Le netlinking c’est pas bien !

netlinking

Croyez-vous vraiment que les représentants de Google (autrefois Matt Cutts qui a quitté la société), s’évertueraient régulièrement à dire haut et fort que le netlinking « n’est pas bon pour votre site » si c’était vraiment le cas ? Avez-vous pour habitude, si vous vous informez régulièrement des nouveautés algorithmiques du moteur, de voir des communications aussi intransigeantes au sujet du référencement ? La réponse est bien sûr « non » ! Google a basé une bonne partie de ses critères de classement de sites à l’aide de ce fameux indice de popularité, qui n’existe plus sous la forme de PR (Page Rank), mais toujours important cependant pour aider les pages de votre site à bénéficier de positions confortables.

Google voit-il et sait-il tout ?

Ne sachant pas comment repérer un lien artificiel, s’il a été mis en place de manière intelligente j’entends, il joue justement la carte du « je sais tout et je vais vous punir si vous dépassez la ligne rouge » pour effrayer les webmasters en herbe et d’une certaine manière réussir à les éduquer à sa façon. Oui Google pense que du fait qu’il s’agit de son moteur, il a droit de vie et de mort des sites, et par conséquent des entreprises. On peut donc en conclure qu’il abuse fortement de son pouvoir de visibilité, mais c’est un autre sujet qui n’a pas lieu d’être ici.

Le netlinking grâce aux annuaires ?

netlinkingVous avez pu lire à maintes reprises que soumettre votre site dans des annuaires pénalisait votre site. Pour ma part je pense que non, et au contraire, à condition de ne pas choisir n’importe quel annuaire bien sûr. Il y a encore des répertoires suffisamment costauds (ce n’est pas un jeu de mots avec l’annuaire qui porte ce même nom et qui justement a traversé la tempête lors des gros updates de Google) pour présenter un intérêt certain dans la mise en place de votre stratégie de référencement naturel. Ils sont nécessaires, surtout au lancement d’un site, en fournissant des backlinks, gratuits ou pour quelques euros (pas chers en général), au bénéfice de la page d’accueil. Mais comme je l’ai dit, il ne faut pas se jeter sur n’importe lequel d’entre eux.

En fonction du domaine traité par votre site, vous allez même pouvoir soumettre celui-ci dans des annuaires thématiques, ce qui est un plus indéniable, comparé à un annuaire généraliste. Cependant un bon annuaire généraliste du type Costaud.net, Theoueb.com, Reperpoire.com, 1-mot.com, ou encore Le-Bottin.com (la liste est loin d’être exhaustive) reste une source de backlinks à ne pas négliger.

Le netlinking indétectable pour Google

Si vous êtes comme moi parano, et que vous n’aimez pas les mauvaises surprises du jour au lendemain (déclassement soudain de la totalité des pages de votre site), le netlinking doit être fait de manière intelligente. Qu’est-ce que cela sous-entend ?

Des liens provenant de sites de la même thématique

Il est certain que si vous avez un site qui parle des chiens, la puissance du lien provenant d’un site appartenant à cette même catégorie, ou faisant partie de la thématique des animaux, sera supérieure à celle d’un site qui parle du bâtiment par exemple, même s’il est toujours possible de créer ce genre de liens, mais d’une façon « ingénieuse » qui ne paraisse pas suspecte aux yeux de Google. Le top du top est que la page qui traite par exemple de la niche pour chien reçoive le backlink d’une page du site envoyeur du lien qui traite aussi de la niche du chien, sous une forme différente. Par exemple l’article bénéficiaire aura pour objet « Comment construire soi-même une niche pour chien ? » et l’article émetteur du lien traitera « Quelle niche choisir pour un grand chien ? » : même thématique + même sujet = banco !

Des liens avec des ancres variées

On lit ici et là qu’il faut tant de % d’ancres de marque (du nom de domaine « Mon Site » pour Monsite.com par exemple), tant de % de « cliquez ici » ou « plus d’informations ici », tant de % de groupe de mots (« Apprenez à construire une niche pour votre chien »), tant de % d’url (« http://www.monsite.com »), etc… mais personne ne sait avec exactitude quelles sont les proportions, d’autant que Google peut décider de les changer du jour au lendemain. Les mieux est d’avoir une proportion équitable d’ancres de formes différentes, avec une part plus importante pour la marque.

D’autres critères pour la mise en place de liens

Pour aller plus loin, on peut réfléchir s’il paraît naturel qu’un site qui a à la fois de bons metrics et un fort trafic veuille envoyer ses visiteurs sur une page d’un site amateur, récent, dont le contenu manque de pertinence, etc… Un site jugé « important » n’ira pas mettre un lien vers un site qui n’apparaît même pas dans le top 100 des résultats de recherche de Google si ce n’est par cupidité ! Et là, même si pour le moment ce n’est pas encore vérifié et peut-être pas au point du côté algorithmique du moteur, ça sera à mon avis la sanction d’ici quelques temps. Cela sous-entend qu’un « gros site » ne pourra envoyer un lien vers un « petit site », mais l’inverse sera logique.

Le référencement naturel est intimement lié à l’aspect interne et externe du site. La partie externe est donc directement en relation avec les backlinks, mais aussi avec les liens internes, importants pour mettre en valeur certains contenus de votre site. Mais ne perdez jamais une chose de vue : votre site ne montera jamais dans les SERPs s’il n’a pas de contenu de qualité, qui intéresse les internautes. Il faut donc faire un choix : money site ou site satellite ! Les deux n’exigent pas le même mode opératoire de campagne de backlinks, ni la même qualité éditoriale. Mais pour l’un comme pour l’autre, le netlinking reste indispensable !